Plaidoyer pour une gestion durable des déchets solides ménagers au Burkina Faso : la plateforme Re-Sources face aux autorités de Réo

28-02-17 Désirée Kanyala 0 commentaire

Le mardi 28 février 2017, c’est à Réo, commune rurale située  à une centaine de kilomètre de Ouagadougou, dans la région du Centre-ouest, et capitale de la province du Sanguié, que les membres de la plateforme Re-Sources ont amorcé leur campagne de plaidoyer. Objectif principal de cette campagne : sensibiliser les élus locaux et les services techniques municipaux à l’importance d’une bonne gestion des déchets au niveau communal. Cette campagne s’inscrit dans le cadre du micro-projet « Information, formation, sensibilisation et plaidoyer », mis en place par l’association Faso Enviroprotek (AFEP) et la Plateforme Re-Sources.

Les participants posent pour une photo de famille à la fin de la rencontre

La campagne de plaidoyer de façon générale

Elle s’étale de février à juillet  2017 et touchera 3 villes du Burkina. Au programme, 4 rencontres majeures. Après celle de Réo, qui marque le top départ de la campagne, les membres de la plateforme rencontrerons respectivement, les élus locaux de Pouytenga et de Ouagadougou. Au cours de cette dernière étape, les initiateurs de la campagne plaideront leur cause face aux  maires de l’arrondissement 12, puis face à la commission environnementale de l’Assemblée Nationale. Durant cette campagne, un accent particulier sera mis sur la lutte contre le péril plastique, afin d’inciter les élus locaux, à travailler dans le sens de l’application de la loi n°017/2014 AN, adoptée il a plus de 3 ans et dont les résultats se font encore attendre. En effet « Ensemble disons NON aux sachets plastiques non biodégradables », c’est le message que l’on pouvait lire sur les T-Shirts distribués aux participants. « Plus jamais ça » c’est le titre de la vidéo réalisée par l’AFEP et la plateforme Re-Sources dans le cadre de la campagne, et qui fait un état des lieux de la prolifération des déchets plastiques dans la capital burkinabè. Tout au long de la campagne de nombreux documents de capitalisation produits dans le cadre du projet Re-Sources seront mis à la disposition des cibles de la campagne, afin de servir d’outils d’aide à la prise décision

M.Bernard NONGUIERMA, Coordinateur environnement de la plateforme face aux participants

Représentants de la commune de Réo, délégation du Ministère de l’Environnement, associations locales, autorités coutumières, presse locale et nationale ont répondu présent

Retour sur le rendez-vous de Réo…

La thématique du jour était : «Le péril plastique au Burkina Faso : les conséquences sanitaires, économiques et environnementales». Organisée conjointement par l’AFEP, le Centre RE-Sources et l’association « Une Vision pour l’Avenir » (AVPA), une association de pré-collecte, collecte et mise en décharge de Réo, membre du réseau depuis 2016, l’activité a suscité un grand intérêt, puisque la trentaine d’acteurs du domaine invités, ont tous répondus présent. Parmi eux, on pouvait noter la présence des représentants de la commune, d’une délégation du Ministère de l’Environnement, d’associations locales, d’autorités coutumières, ainsi que la presse locale et nationale. La journée a été ponctuée par 2 communications. La première a été présentée par le coordinateur de la Plateforme Re-Sources Bernard Nonguierma. Il est revenu sur la notion du déchet, sa typologie, la mise en place d’un système de gestion des déchets ainsi que les avantages d’une bonne gestion des déchets. A l’attention de Madame Rose Bassolé, 1ère adjointe au Maire présente ce jour-là et des services techniques de la commune, M. Nonguierma a présenté la méthodologie de collecte des déchets, des pistes de financement (abonnement à la pré-collecte) et l’importance d’avoir une décharge même dite de bon sens pour l’amélioration du cadre de vie de la population. La deuxième communication, donnée par M. Yaméogo Fidèle du Ministère de l’Environnement, a traité du péril plastique, ses origines, ses conséquences et les actions d’intervention possibles pour limiter le fléau.

Les organisateurs sont revenus également sur la faible application de la loi 017-2014/AN. Le débat a été assez houleux entre les associations et le Ministère qui, malgré sa sensibilité face au problème, a du mal à gérer sa mise en œuvre, notamment en ce qui concerne les sanctions et l’achat des déchets plastiques aux associations. Néanmoins, une vérité persiste : c’est la méconnaissance de la loi par la population du fait d’un manque criard de communication. L’autre faiblesse de cette loi est sans aucun doute, le manque d’alternative à l’usage des sachets plastique. En tout cas La Plateforme Re-Sources quant à elle promeut des alternatives durables comme les sacs papiers et coton et a également profité de l’occasion pour donner sa position vis-à-vis du plastique biodégradable tel que promu actuellement et qui pourtant, est aussi dangereux, sinon plus le non biodégradable.

Ce qu’il faut retenir de cette rencontre, c’est que le public présent en est ressorti sensibilisé. La rencontre s’est clôturée avec une photo de famille et un engagement solennel de la part de la commune de Réo d’agir au plus vite, en collaboration avec l’AVPA, acteurs majeur de la gestion des déchets à Réo depuis 2011.

Arrêt sur L’AFEP, partenaire de mise en œuvre de la campagne

Créée en 2011, l’AFEP s’est spécialisée dans le plaidoyer en faveur de la protection de de l’environnement (lutte contre le changement climatique, amélioration de la gestion des déchets, sensibilisation et formation d’élus locaux, audiences auprès de ministères…). L’AFEP a également à son actif, la participation à des recontres internationales telles que les COP. C’est donc naturellement que le 6 janvier 2017, le choix de la plateforme Re-Sources s’est porté sur l’AFEP pour la mise en œuvre d’une campagne de plaidoyer, en faveur de l’amélioration de la gestion des déchets dans les pays en développement



Publier un commentaire

Un projet réalisé avec le soutien financier de :