Assainissement de la ville de Gorom-Gorom : Rencontre avec l’association « M’Balla Leydi »

12-02-17 Désirée Kanyala 0 commentaire

Dans le cadre des rencontres et des multiples demandes de partenariats, le Centre Re-Sources a reçu les membres de l’association «M’Balla Leydi » entendons par-là, « aider le sol à être fertile » en langue Fufuldé dans son bureau de Ouagadougou

 

Ce vendredi 10 février 2017, entre 11h20 et 12h30, les membres du centre Re-Sources ont reçu l’association M’Balla Leydi. Forte de 5 membres, la délégation était conduite par le Président Monsieur Diallo. Objectif de la visite : présenter leur projet d’assainissement intitulé « Restauration du cadre de vie à Gorom-Gorom par la collecte d’ordure pour lutter contre la pollution plastique » et étudier les pistes de financement

En effet, à l’instar de toutes les villes du Burkina Faso, la gestion des déchets constitue un défi pour les autorités communales de Gorom-Gorom. La croissance démographique et le manque de ressources financières sont des facteurs qui rendent difficile la fourniture d’un service d’assainissement publique de qualité.

La question des déchets plastiques inquiète beaucoup : ils créent un manque à gagner pour l’économie nationale, une économie majoritairement agro-pastorale (imperméabilisation des sols, ingestion par les ruminants avec issue fatale…). Par ailleurs, Les déchets plastiques provoquent de nombreux problèmes de santé (émissions de dioxines lorsqu’ils sont brûlés, sources de maladie comme le paludisme…). De plus, ils sont également une source de pollution visuelle et olfactive.

Face à ce constat, L’association M’Balla Leydi, active dans la lutte contre la désertification et le changement climatique a fait de la lutte contre le péril plastique une mission première. En effet pour venir à bout du phénomène, face à l’immobilisme des autorités communales, M’Balla Leydi mène des actions ponctuelles de nettoyage des rues et espaces publics. A l’instar de M’Balla Leydi, les populations de Gorom-Gorom essaient de s’organiser pour lutter contre la prolifération des déchets à travers la valorisation.  Les déchets biodégradables servent de fumure pour les champs, la ferraille et les chaussures en plastique sont récupérés et exportés vers certains pays limitrophes (Togo et Côte d’Ivoire) et les sachets d’eau qui, revendus à une entreprise de la capitale (en l’occurrence Fasoplast), sont utilisés pour la fabrication d’articles (chaises, bassines…).

Une caractérisation des déchets de Gorom Gorom, a permis à l’association de mettre en place ce projet de restauration du cadre de vie de la ville de Gorom-Gorom, dont les objectifs spécifiques sont les suivants :

  • Assainir et améliorer le cadre de vie des populations ;
  • Réaliser un état des lieux de la gestion des déchets avec les autorités communales : (quantités de déchets collectées, composition des déchets ; aménagement des sites de dépôts ; mise en œuvre des Accords Internationaux ratifiés par le Burkina Faso en matière de préservation de l’Environnement ; diminution de la mortalité des cheptels; prévention et gestion des catastrophes; implication des collectivités à travers un volet d’urbanisation ; identifier les activités économiques corrélées au traitement des déchets).

Le budget global de projet de 2 ans, est de vingt-huit millions six cent cinquante-cinq mille de francs (28 655 000f) CFA, avec un apport propre de quatre cent cinquante mille francs (450 000f) CFA. Le reste du financement reste encore à mobiliser



Publier un commentaire

Un projet réalisé avec le soutien financier de :