Gestion des déchets solides dans les pays en développement : Re-Sources n’a pas manqué le Rendez-Vous de POLLUTEC Maroc

12-04-16 Désirée Kanyala 0 commentaire

Du 21 au 24 octobre 2015, s’est tenu le 7ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement « POLLUTEC » à Casablanca au Maroc. La plateforme Re-Sources, qui a été invitée à prendre part à cette rencontre, y a été représentée par Pascale NAQUIN, Directrice  du Cefrepadeet Chef de projet –de la plateforme PROVADEMSE à l’INSA de Lyon et le Dr Edem KOLEDZI enseignant chercheur à l’université de Lomé.

20151021_104718Placé sous le haut patronage de sa majesté le Roi Mohammed VI, et sous l’égide du Ministère délégué auprès du Ministère de l’énergie, des mines, de l’eau, de l’environnement chargé de l’environnement, ce 7ème salon POLLUTEC a été co-organisé par « forum7 » et « Reed exposition » et a bénéficié du soutien de plusieurs partenaires institutionnels, médias, technologiques, d’information et de recherche. Le salon s’est articulé autour des activités suivantes :

  • Symposium « territoires durables »
  • Journée Afrique,
  • Forum de l’habitat et de la ville durable et un carré de compétences (promotion de l’emploi à travers l’efficacité énergétique)
20151021_152114 (2)cpL’INSA de Lyon, un incubateur d’experts de références…

Le mercredi 21 octobre, Pascale NAQUIN, Directrice  du Cefrepade, membre fondateur de Re-Sources, a présenté une communication sur  « L’expertise française au service de l’amélioration de la gestion des déchets dans les pays du sud : les acteurs de l’ombre… ». Elle a débuté sa communication par la présentation de l’INSA de Lyon qui a à son actif plus de 40 années de recherche, d’études, d’expertise dans le domaine des déchets et notamment celui des déchets ménagers. L’INSA est aussi et surtout un incubateur d’experts que l’on retrouve aujourd’hui au sein des services de L’État, des collectivités locales et territoriales, dans les grands groupes, des PME, des bureaux d’études, en France et dans de nombreux pays à travers le monde.

DSC06823Les associations, nouveaux acteurs dans le paysage…

A l’instar du Cefrepade, on observe la venue de nouveaux acteurs dans ce paysage. Ces derniers interviennent essentiellement selon plusieurs mécanismes : mécénat, dons, aide publique au développement français, octroyé au secteur de  l’amélioration de la gestion des déchets urbains dans les pays du sud. Il s’agit entres autres de GEVALOR, ETC TERRA, le GRET, ENDA, Aquassistance…

Le Cefrepade et la plateforme Re-Sources : un partenariat

Créé en 2007 à l’INSA de Lyon, le Cefrepade est un réseau reconnu d’acteurs de terrain, d’ingénieurs, d’économistes, de sociologues d’étudiants doctorants, de jeunes professionnels, d’experts, d’enseignants et chercheurs issus d’universités du Nord et du Sud, représentants de collectivités locales, d’ONG, d’entreprises. Il regroupe en son sein des spécialistes de l’eau, de l’assainissement, des déchets, de l’énergie, de la biodiversité, de l’impact environnemental et dispose de représentants dans une douzaine de pays. Il intervient à travers une approche scientifique mais aussi sociale et économique : du développement durable en pratique pour proposer de nouvelles approches, en partenariat avec des acteurs locaux, et démontrer que l’on peut trouver ensemble des solutions pérennes. C’est dans cette dynamique que certains de ses acteurs se sont associés début 2013 avec des acteurs africains pour créer le projet plateforme Re-Sources, avec le financement de l’UE dans le but de trouver des solutions adaptées au contexte des PED pour la gestion de leurs déchets.

Pollutec : Une occasion de faire connaitre la plateforme…

DSC06813Pascale NAQUIN a terminé sa communication par la présentation de quelques exemples de cette expertise française. Outre le projet Re-Sources, il s’agit du programme Africompost mené par le consortium GoodPlanet – Gevalor – ETC Terra, du mécanisme 1% déchet, nouveau dispositif qui permet aux collectivités françaises et syndicats intercommunaux en charge de la gestion des déchets d’affecter jusqu’à 1% de leurs budgets à des actions de coopération internationale.



Publier un commentaire

Un projet réalisé avec le soutien financier de :