GTT 3 DECHARGE : Avancement de l’action pilote au Cameroun

14-10-14 Désirée Kanyala 0 commentaire

L’action pilote décharge portant sur : “L’expertise de l’aménagement et d’exploitation de la décharge d’ordures ménagères en zone équatoriale : cas  du Centre de Traitement des Déchets de Nkolfoulou à Yaoundé” a effectivement démarré le 04 Avril 2014 avec la signature d’une Convention de Collaboration entre la société privée HYSACAM, responsable de la gestion des déchets urbains au Cameroun et l’ONG ERA –CAMEROUN responsable du Groupe de travail (GTT) décharge.
Balle expérimentale 0.5 × 0.5 × 0.5 (a) 0.8 × 0.8 × 0.2 (b). Dispositif de mesure de pluviométrie (c) [ERA – Cameroun Août 2014]

Balle expérimentale 0.5 × 0.5 × 0.5 (a) 0.8 × 0.8 × 0.2 (b). Dispositif de mesure de pluviométrie (c) [ERA – Cameroun Août 2014]

L’objectif de cette action pilote est d’améliorer les connaissances sur le fonctionnement des décharges dans les pays en développement (PED) afin de proposer des mesures en vue d’améliorer les conditions d’aménagement, d’exploitation et de maîtrise des coûts des décharges dans les PED. A cet effet une alvéole expérimentale a été mise à disposition par HYSACAM, autorisant tous les membres du GTT à avoir accès au CET pour diverses interventions. Les principaux paramètres à observer au cours de cette action sont :

  • La perméabilité du sol en place et des déchets entreposés dans l’alvéole ;
  • La teneur en eau et en matière fermentescible des déchets entrants et des déchets entreposés dans l’alvéole après une période de biodégradation ;
  • La densité des déchets entrants et des déchets entreposés après compactage ;
  • La température du milieu ambiant ;
  • Le bilan hydrique ;
  • Le comportement des déchets à l’eau ;
  • La composition du lixiviat ;
  • La production du biogaz ;
  • Le coût d’exploitation de la décharge ;
  • La mesure des tassements.

 Quelques résultats obtenus…

 Caractérisation des déchets entrant :

L’observation de 148 camions entrant dans la décharge en date du 05 Juin 2014 a permis de constater que la fraction majoritaire des déchets entrant est la fraction des déchets ménagers et assimilés(densité moy = 0.51). Il ressort de cette première observation que les déchets dangereux majoritairement issus du milieu hospitalier sont présents sous forme de traces. Toutefois, une campagne de caractérisation en bonne et due forme devra permettre de déterminer avec précision les caractéristiques des déchets entrant dans l’alvéole expérimentale. Il va sans dire qu’une hétérogénéité de composition aura un fort impact sur les prévisions en termes de production de lixiviat.

Perméabilité du sol encaissant:

La perméabilité du sol encaissant, déterminée par la méthode de Porchet a permis d’obtenir une moyenne d’environ 199 mm/jour. Ce qui signifie que pour une nappe située à une profondeur moyenne de 4 mètres, il faudrait en moyenne 24 jours pour qu’elle soit atteinte par le lixiviat. La connaissance de la profondeur de la nappe et de ses usages permettra de conclure sur la nécessité d’augmenter la sécurité sur le fond de casier ou pas.

Production du biogaz et coût d’exploitation de la décharge :

Le biogaz est un gaz qui émane de la biodégradation anaérobie des déchets. Il est le polluant atmosphérique majeur lorsque des dispositions particulières ne sont pas prises au sein de la décharge (forte contribution du méthane à l’effet de serre). Sa connaissance en termes de qualité et de quantité produites est nécessaire pour

  • Evaluer l’évolution de la dégradation des déchets stockés ;
  • Evaluer l’impact de rejets sans traitement ;
  • Choisir un type de filière de valorisation ;
  • Contrôler l’efficacité des réseaux de drainage ;
  • Détecter d’éventuels dysfonctionnements au sein du massif (incendie interne, fuites de biogaz, etc…).

Une observation à l’aide de l’analyseur de biogaz a permis de noter les proportions des principaux gaz suivis dans la décharge: le méthane et le gaz carbonique sont présents dans les proportions respectives de 40% et 10%. L’hydrogène sulfuré n’est perceptible que sous forme de trace.

Évaluation des coûts de fonctionnement de la décharge:

Les fichiers contenant les informations essentielles sont confidentiels. Cependant une estimation a permis de déterminer un coût d’exploitation à la tonne de 2336 Francs CFA.

Quant à la mesure des tassements, elle sera amorcée dès la couverture définitive de l’alvéole.

 Coordination de l’action ….

Les jeudi 7 et vendredi 15 Août 2014, 2 réunions de coordination entre ERA – Cameroun et HYSACAM ont eu Lieu. La première avait pour objectif de faire un état sur l’avancement de l’action pilote et définir une vision pour la continuité. A cet effet l’alvéole expérimentale déjà aménagée a été présentée et les contraintes liées à son exploitation ont été exposées, ainsi que les autres aménagements projetés par HYSACAM qui, d’une manière ou d’une autre, contribueront à la mise en œuvre de l’action pilote. Une campagne de caractérisation devra être organisée entre Novembre et Décembre 2014. La deuxième réunion quant à elle tenue le Vendredi 15 Août 2014, a été l’occasion pour les deux stagiaires ayant participé à la mise en œuvre de l’action pilote au sein de a décharge de présenter les résultats de leurs travaux. Tout le staff technique de la société HYSACAM et ERA –Cameroun présent a pu faire ses critiques et formuler ses recommandations et suggestions pour une meilleure exploitation des résultats et la pérennisation de l’action. d’HYSACAM. Le protocole d’expertise initialement prévu pourra également être modifié en temps opportun pour répondre aux réalités d’exploitation du site.

Contact : ERA CAMEROUN /



Publier un commentaire

Un projet réalisé avec le soutien financier de :