Visite du Centre de Traitement et de Valorisation des Déchets (CTVD) de Ouagadougou

08-05-14 Désirée Kanyala 4 Commentaires

Le CTVD de Ouagadougou est situé à une dizaine de kilomètres au Nord de la ville de Ouagadougou. Il est établi sur 70 hectares, a une capacité de stockage de 6,1 millions de mètres cube, une durée de vie de 20 ans et a coûté 3.200.000.000 de F CFA.  Ses missions principales sont l’enfouissement des déchets solides et la valorisation des déchets organiques et plastiques.
Tamisage du compost par les femmes de la plateforme de compostage du CTVD

Tamisage du compost par les femmes de la plateforme de compostage du CTVD

Le CTVD dispose de 6 cellules dont 4 destinées à l’enfouissement des déchets ménagers et 2 dévolues aux Déchets Industriels Spéciaux (DIS) et biomédicaux. 2 bassins en série ont été aménagés pour le traitement du lixiviat. Dans le souci de préserver l’environnement et en particulier la nappe aquifère, un dispositif sécuritaire a été mis en place. Il s’agit de géo-membranes, géotextiles, géo-grilles, couche d’argile de 60 cm d’épaisseur compactée au fond des cellules d’enfouissement empêchant la contamination de la nappe par infiltration. Aujourd’hui le CTVD connaît  plusieurs difficultés parmi lesquelles : l’incivisme, la concurrence déloyale des informels, la vétusté du parc automobile et pour finir l’alimentation en électricité jusque-là assurée par un groupe électrogène. Néanmoins, un certain nombre de mesures sont prévues pour la pérennisation du CTVD, dontla valorisation en amont des déchets pour augmenter la durée de vie des cellules en encourageant le tri sélectif et le recyclage,  Pour finir nous avons pu noter qu’un projet d’exploitation du biogaz financé par la Bank of Africa pour un montant de 2 milliards 11 millions de F CFA est envisagé afin d’assurer l’autonomie en électricité du CTVD.

Madame NESSAO Ramata, responsable de l’association « Wendbenedo » 

« Notre association est constituée de 15 femmes et 2 hommes qui travaillent 5 jours par semaine de 8h du matin à 15h afin de transformer les déchets organiques du CTVD en compost. Durant l’’an 2013 nous avons vendu 1000 sacs de 50 à 60 kg à raison de 2000 F CFA le sac. Nous aurions pu réaliser un meilleur chiffre d’affaire si notre produit était mieux connu des populations et si nous disposions d’un moyen de transport adapté pour effectuer les livraisons. C’est un travail à risque car nous sommes très souvent sujets à des coupures par des objets tranchants présents dans les ordures lors du tri. D’autre part nous sommes obligés de  travailler sous le soleil car nous ne disposons pas de hangar sous lequel mener notre activité. »



Discussion

  • Ibrahim ZONGO

    Salut, je suis impressionné par votre activité et j’aimerais dans la mesure du possible réaliser un reportage sur le CTVD. laissez moi un mail si cela vous intéresse.

    08-05-14 Répondre
    • Coocom

      Bonsoir M.Zongo,
      merci de l’intérêt que vous portez à notre activité.
      Pour le reportage sur le CTVD, c’est une très bonne initiative, mais étant donné que nous ne sommes pas les responsables du CTVD,
      nous vous suggérons de bien vouloir prendre attache avec la Direction du développement durable de la mairie centrale de Ouaga qui en ait responsable.
      Merci et bonne suite

      08-05-14 Répondre
  • WAM-THED

    bonjour,
    en effet impressionné est le mot pour qualifier ce que vous faites.
    je suis ingénieur de conception des Sciences Environnementale au Cameroun,
    je souhaite mettre sur pied une telle unité,
    pourrais je avoir de l’aide avec de la documentation, ou une discussion avec quelqu’un pour savoir comment se faire financer

    08-05-14 Répondre
  • OUEDRAOGO Elsi Florida

    Vraiment génial je suis étudiante en eau hygiène et assainissement 3eme année de licence j’encourage les membres de ce centre ravie de faire partir de la famille ! Une visite au centre me ferait plaisir

    08-05-14 Répondre

Publier un commentaire

Un projet réalisé avec le soutien financier de :