Infographie sur l’utilisation des sacs plastiques

12-05-14 Désirée Kanyala 1 commentaire

« Sachet noir» au Burkina Faso,  « manani » au Mali, ou encore « foré sac » en Guinée, les emballages en polyéthylène, sont profondément ancrés dans nos habitudes. Nous les utilisons quotidiennement sous diverses formes : Sacs à poignées et fermetures, sacs poubelle et petits sachets plastiques sans nous soucier de leur impact sur notre environnement.

C’est à couper le souffle, surtout lorsqu’on sait qu’un sac plastique met entre 150 et 400 pour se décomposer. Mieux c’est à la fin de leur cycle de vie qu’ils se révèlent les plus nocifs :

  • Entre 4000 et 5000 milliards de sacs en polyéthylène par an sont produits dans le monde. Et sur cette quantité, plus d’un millier de milliards sont jetés chaque année.
  • 6,3 millions de tonnes sont jetés par an dans l’océan mondial, et 15 millions de km2 flottent  à la surface du pacifique nord,  soit 22 fois la superficie de la France
  • 1 million d’oiseau et des milliers d’animaux meurent empoisonnées dans un sachet plastique ou après avoir ingéré un déchet flottant.

C’est le bilan de moins de 100 ans d’utilisation de ce produit !

Les pouvoirs publics pour la grande majorité semblent s’être résignés face à la course effrénée de profit des industriels. En effet comme il ressort dans le graphique annexé (Source Green &Vert) seulement 30 pays ont interdit ou limité la vente ou l’utilisation de sac en polyéthylène soit moins du tiers de la planète.

Si l’utilisation des sachets plastiques reste tentante au regard de certaines solutions alternatives (et traditionnelles) de conservation et de transport (peau, feuilles, calebasses, tissus, verre, paniers et autres poteries), gardons à l’esprit sa nocivité pour l’homme et la nature.

RiaNovosci-Sac-en-Plastique


(Source : Green &Vert)



Discussion

  • Cooenv

    On dit que le sac plastique sert juste pendant quelques heures mais pollue pendant 400 ans. Donc attention!!!!!!!

    12-05-14
  • Comments are closed.

Un projet réalisé avec le soutien financier de :